Parce que la glissade ne me laisse pas de glace

Parce que la glissade ne me laisse pas de glace
Christopher C. Jacques

Partager cet article

Soyons honnêtes, il est de plus en plus difficile à mesure qu’on vieillit de s’enthousiasmer de l’arrivée de la neige. Or, pourquoi ne pas combattre le feu par le feu en essayant de “profiter” de notre nordicité ? Tirer plaisir de l’hiver ne nous permettrait-il pas d’apprivoiser ces matins où il fait si froid que même les voitures prennent une journée Advil ?

N’y a-t-il pas meilleure façon de profiter de ces merveilleuses et angéliques (j’ironise) précipitations que de se rouler dedans en dévalant une piste à proximité de la maison ? Et non, je ne parle pas de ski, mais bien de la glissade ! La glissade est un peu le pendant hivernal de la course à pied : c’est peu coûteux, c’est accessible et certains ont franchement l’air zouf en la pratiquant. Puisque je suis un cheap assumé, voici mes suggestions pour glisser au maximum au moindre coût.

Tapis-luge
Mieux connu sous son appellation finno-ougrienne de crazy carpet, le tapis-luge est un grand classique des pistes de glissade québécoises. De conception efficace avec des poignées aussi résistantes que des vêtements made in China, le tapis-luge allie perte de contrôle et une sensation incomparable de la piste.

Quel bonheur de sentir l’engin bouger sous corps et de réaliser qu’on ne glisse vraiment plus que sur ses salopettes ? Peut-être les secondes qui suivent à essayer de retirer la neige des différentes couches de vêtements. Mais bon, je ne suis pas un expert…

Le trois-skis*
L’astérisque est important pour moi. Dans mon cœur, le trois-skis s’appellera toujours un GT (prononcé Dji-ti). Je me souviens encore de celui que mon frère avait reçu en cadeau à l’effigie de Brett Hull. Qu’il était rutilant avec sa Longueuil ! Le traîneau, quant à lui, était très 90’s avec un heureux mélange de mauve et de vert. Il y avait même un odomètre sur le guidon. On était convaincus qu’il était simplement brisé et que sinon on verrait à quelle vitesse vertigineuse on descendait la côte du parc Rousseau à Pincourt.  Il était écrit GT à côté, d'où l'appellation qu’on lui avait donnée.

Bref, où en étais-je ? Pour moi, le GT a toujours été le summum : contrôle, vitesse, possibilité d’être poussé sur le départ. Tout y est !

Il demeure important d’attacher une corde au patin du devant. Remonter la pente avec le traîneau dans les bras n’est pas de tout repos, surtout si un enfant reste dessus !

Le toboggan
Je ne passerai pas par quatre chemins : voici un type de traîneau surévalué. Plus beau que pratique, le toboggan ne va pas très vite et n’est pas simple à transporter. Je concède qu’il peut être particulièrement agréable pour un plus grand groupe ou pour le transport d’une carcasse de chevreuil après une chasse réussie. Malgré que j’ai une ascendance amérindienne, c’est la seule qualité que je peux lui trouver !

La planche à neige avec une corde
Encore une fois, mon opinion est tranchée et tranchante. La planche à neige avec une corde, c’est non ! Cet engin crie “regardez-moi, je suis meilleur que vous tous ! Je suis capable de glisser debout et je ne veux absolument pas partager” jusqu’au moment où la personne bêche. Minimisez les risques et n’ouvrez pas la porte à une humiliation publique ; prenez un moyen de glissade assis !

Mentions honorables
Quand j’étais enfant, ma grand-mère nous trouvait fancy avec nos tapis, luges et GT. Elle nous conseillait plutôt de faire comme elle dans son temps et de glisser sur une boîte de carton. Je l’aimais bien ma grand-mère, mais c’était presque une aussi mauvaise idée que ses tartines au lard et à la mélasse. Pour glisser sur du carton, vous devrez attendre une journée où il fait environ -1000. Sinon, votre “traîneau” absorbera l’eau de la neige et vous laissera des morceaux de carton un peu partout sur votre passage… Pas fameux. Le seul bon côté est que vous n’avez pas besoin de ramener votre traîneau de fortune à la maison.

Parmi les mentions honorables, je m’en voudrais de ne pas signaler les soucoupes qui sont un cauchemar pour moi qui a la nausée à regarder des gens regarder des manèges. Les soucoupes sont parfaites pour ceux et celles qui adorent ne pas avoir le contrôle et rencontrer de dos différents obstacles sur leur parcours. Pour les autres, abstenez-vous ! Pas besoin de me remercier.

En conclusion, malgré la surprise générale à chaque année, il neige tous les hivers au Québec. Vous avez encore le temps de vous y faire et d’en profiter ! Allez jouer dehors, juste pas sur une mautadite planche à neige avec la petite corde !

Autres carnets de voyages qui pourraient vous intéresser

Gastronomie au menu pour la fête des Mères
Ajouter aux favoris
Générale - Myriam Delisle

Gastronomie au menu pour la fête des Mères

> En savoir plus
Passeport Attraits
Ajouter aux favoris
Générale - Équipe éditoriale

Passeport Attraits

> En savoir plus
C’est le printemps!
Ajouter aux favoris
Générale - Geneviève Bédard

C’est le printemps!

> En savoir plus
4 pubs typiques pour célébrer la Saint-Patrick
Ajouter aux favoris
Inspirations - Équipe éditoriale

4 pubs typiques pour célébrer la Saint-Patrick

> En savoir plus
Quoi faire dans Vaudreuil-Soulanges cet été
Ajouter aux favoris
Générale - Équipe éditoriale

Quoi faire dans Vaudreuil-Soulanges cet été

> En savoir plus
8 cabanes à sucre à découvrir dans Vaudreuil-Soulanges!
Ajouter aux favoris
Inspirations - Équipe éditoriale

8 cabanes à sucre à découvrir dans Vaudreuil-Soulanges!

> En savoir plus